The French manufacturer of food containersfor more than 75 years

Gilac aux côtés de Fanélie & Franck pour devenir les meilleurs boulangers de France

Gilac aux côtés de Fanélie & Franck pour devenir les meilleurs boulangers de France

“Les bacs Gilac sont des outils fidèles compagnons du boulanger”

Vainqueurs de la finale régionale Auvergne Rhône Alpes de l’émission “La Meilleure Boulangerie de France 2018” sur M6, Fanélie et Franck à la tête de la boulangerie Les Caprices de Fanélie à Saint-Romain-de-Popey (69) sont des utilisateurs des bacs Gilac, notamment pour la préparation du pavé, surnommé affectueusement “Le Grand Jacques”, un pain rustique qui fait partie de leurs meilleures ventes.

Que ressentez-vous après votre victoire pour la région Auvergne-Rhône-Alpes dans l’émission “La Meilleure Boulangerie de France 2018”, diffusée fin août ?

- Fanélie : “C’était une vraie aventure humaine, une aventure technique, une aventure tout court. Cela nous a permis de nous mesurer, de voir que l’on ne se trompe pas sur nos choix professionnels en travaillant avec des produits locaux, tout simplement en faisant correctement notre métier de boulanger, viennoisier et créateur de gâteaux de voyage.”

- Franck : “Cette émission à la télévision, c’est une forme de reconnaissance. On a accepté de se remettre en question et en danger en étant filmés de tous les côtés. Mais nous sommes contents du rendu : le montage montre ce que nous sommes, ce que nous souhaitons faire, l’ambiance qui règne dans notre boulangerie, les très bons rapports humains, notre belle équipe composée de gens dont nous sommes fiers de parler.”

- Fanélie : “Et puis, cela nous a apporté une énorme visibilité, on ne s’y attendait pas jusqu’à ce point-là. On voit débarquer des gens de Vendée, du Luxembourg et de Suisse pour venir goûter du pain, c’est super !”

Comment s’est passé la finale qui sera diffusée mi-octobre ?

- Fanélie : “Très bien, nous l’avons tournée à Paris, pendant la Coupe du Monde mais nous ne dirons pas les résultats. Il y avait la compétition mais c’était aussi un moment de confrérie réelle et, avec certains autres candidats, on continue de communiquer et de beaucoup rigoler. Norbert et Bruno (les présentateurs, ndlr) sont très accessibles et il ne faut pas oublier les cameramen et les personnes qui gèrent tout le tournage qui font preuve de bienveillance.”

Comment êtes-vous devenus boulangers ?

- Fanélie : “Nous avons ouvert Les Caprices de Fanélie il y a sept ans suite à une reconversion professionnelle. J’aime travailler la matière et pâtisser depuis toute petite. J’ai racheté une tournée de vente de pain sur les marchés et pendant cinq ans, j’ai travaillé en solo. Et puis un jour, Franck est venu m’acheter du pain, deux à trois fois par semaine et il a quitté son costume de consultant en ressources humaines pour tomber amoureux de la marchande (rires) ! A l’époque, je venais de perdre mon père et il était évident que je passe mon CAP de boulanger. Franck m’a supportée toute l’année de la formation et l’année d’après, c’est lui qui a passé son diplôme.”

- Franck : “J’avais toujours eu envie de développer une entreprise artisanale, j’avais fait le tour de mon métier et j’avais envie de choses concrètes. Un élément de base que nous avons sur toutes les tables, c’est le pain : sans bon pain, pas de bon repas. C’est sur ce constat qu’on a bâti notre projet à l’ouverture en 2011.”

Utilisez-vous des produits Gilac depuis l’ouverture de la boulangerie Les Caprices de Fanélie ?

- Franck : “Oui. Dès qu’on a pétri, on transfère la pâte du pétrin dans des bacs plastiques Gilac et la pâte va pointer, c’est-à-dire fermenter doucement dans ces bacs avant qu’on la prenne pour la travailler, la diviser et lui donner sa forme en baguette, en boule ou en bâtard. Nous avons des bacs ronds : c’est un bon plastique, assez souple et résistant car tous les jours, nous leur mettons de nombreux coups.“

- Fanélie : “ Nous avons aussi une pâtière Gilac dans laquelle on peut mettre jusqu’à 100 kg de pâte à pain blanc. Ce sont des bacs résistants : ils sont avec nous depuis sept ans et font partie du processus de fabrication. Ce sont des outils, fidèles compagnons du boulanger. Au quotidien, je suis pourtant quelqu’un qui ne supporte pas le plastique, mais là, c’est un plastique qui ne me dérange pas car il est inodore.”

Quel est le pain signature de la boulangerie ?

- Fanélie : “On peut évoquer le pavé, c’est celui qui passe le plus de temps dans les bacs Gilac. On le fait fermenter de 24 à 48 heures dedans. On met 7 kg de pâte que l’on divise en 2 avant de l’enfourner. Nous réalisons deux variétés : une qui est fait avec farine locale et l’autre avec un mélange de 5 graines de pavot, de sésame, de lin, de tournesol et de courge que l’on torréfie avant. C’est le dernier pain que l’on a mis en place, car il a la particularité de fermenter doucement et longtemps, ce qui lui permet d’être très hydraté et de se conserver longtemps. C’est un pain rustique numéro 1 des ventes, très bon pour la santé car à peine pétri et très nourrissant : il apporte du plaisir, il est parfait pour un pique-nique, une grosse tartine beurrée le matin, c’est un pain tout terrain ! On a vraiment une augmentation des volumes de ventes pour ce pain-là et c’est pour cela qu’on a dernièrement dû racheter une échelle avec des bacs Gilac.”

Suivez Fanélie et Franck sur leur page Facebook